Accueil
A propos de nous
Calendrier
Musée Virtuel TerroT
Les avant et après
Album Photos
Cartes postales/affiches TerroT
Forum TerroT & MD
Les Manifestations
Notices d'entretien
Catalogues
Documentation
Dossier Restauration
Liens Utiles
Contactez-Nous
Plan du site
Livre d'or TerroT

 

Embrayage liège des motos 125cc

 

Phil ayant essayé de faire une séance de "burn" à St Junien en Septembre 2007 lors de Légend'Air, l’embrayage à bouchon de ma Ténor est bon à refaire... Grâce à lui, je vais vous montrer comment on refait un embrayage rapidement. Je n’ai volontairement pas utilisé de matériel sophistiqué, pour que l’opération soit accessible à tous…

 

                               

Il faut tout d’abord vidanger le moteur (trappe ovale sous le volant magnétique) mais pas le réservoir d’huile ! Et démonter, comme sur la photo ci-dessus, les repose-pieds, échappement, pédales de kick, de frein et de sélecteur. Il faut enlever le carter de volant, qui est fixé par une vis et un écrou côté gauche, et une des vis du carter d’embrayage du côté droit ! C’est celle qui est la plus haute, en arrière du cylindre. Vous ne pouvez pas la confondre, elle mesure 18 cm de long. Les vis du carter d’embrayage ne sont pas toutes de la même longueur. En partant de la plus longue, et dans le sens des aiguilles d’une montre, voici, en mm, les longueurs que j’ai trouvé : 180, 80, 50, 50, 120, 120, 120, 120, 50, 40, 40, 40, 40, 110. Il y a une rondelle cuivre sous chaque tête de vis. Une des vis à proximité de l’axe de sélecteur débouche dans la boite, et l’huile de boite s’écoule par le trou : remettre une vis. On décroche le câble d’embrayage, on démonte le levier sans toucher aux tuyaux (Leur filetage est très fragile, et leur réparation assez fastidieuse : mieux vaut les laisser en place), et on retire le carter. L’embrayage est alors accessible ! 

 

 

La butée à billes est juste posée, on l’enlève. Dessous un écrou, qui selon le modèle sera à 6 pas ou à créneaux, mais toujours en pas à gauche, c’est-à-dire qu’il faut le tourner dans le sens des aiguilles d’une montre pour le dévisser ! On tient le moteur immobile par le volant de l’autre côté, si vous n’avez pas de clé à sangle, un serre-joint de menuisier peut faire l’affaire.

 

On glisse deux tournevis fins sur le plateau de pression, et on dévisse l’écrou. Pas de clé à créneau ? Une pince à clips, à la rigueur une bonne pince étau, fait l’affaire. Le marteau burin aussi, mais uniquement si vous voulez voiler votre vilo, et casser l’extrémité filetée de celui-ci, en acier traité et très fragile…

 

 

L’écrou enlevé, le plateau vient sans problème : l’usure des disques fait que le ressort n’est pas comprimé ! On verra que le remontage est plus musclé… 

 

 …Et on sort le tout !

      

 

Les disques garnis sont identiques, pas les lisses : Celui du fond est plus épais.

 

 

Il n’y a par contre pas de sens de montage. On nettoie un minimum au chiffon le plus gros des scories de bouchon brûlé, on nettoie les disques et on les débarrasse des restes de liège, et le plus gros du travail commence : la fabrication des lièges ! On peut bien sur en acheter des tout fait dans le commerce, mais, selon le fournisseur, la qualité est trop inégale ! Voir les liens sur www.terrot.org.   

Moi, je préfère les faire dans des bouchons ! Cette moto étant immatriculée 33, il convient de ne pas prendre n’importe quels bouchons…

 

 

Bon, pour les puristes de la marque, il paraît que dans la région où sont fabriquées les TerroT, des gens auraient obtenu une piquette pas trop désagréable au goût ! Ce doit être vrai, puisque c’est un vigneron bordelais qui me l’a dit… D’où que proviennent les bouchons, il faut les couper en tranches de 7 mm d’épaisseur environ, pas plus ! Et leur donner la forme des trous dans les disques. Emporte-pièce pour les ronds, cutter pour les trapèzes… Inutile de chercher une précision absolue, il faut que ça rentre en forçant un peu, mais comme pour l’épaisseur, pas besoin de travailler avec un pied à coulisse ! Une fois en place et écrasés par le ressort, ils seront droits et plats de toute manière !

 

 

Le remontage : On enfile le ressort, la noix d’embrayage (le moyeu cannelé) et le disque lisse le plus épais, et on le cale avec deux tournevis, exemple :

 

Puis on visse l’écrou à créneau à fond, sans bloquer, juste pour comprimer le ressort. Ensuite, on monte un disque garni, un disque lisse fin, un autre disque garni. C’est là que ça se complique : il faut passer deux tournevis devant le disque, dans les boutonnières de la cloche, pour maintenir le ressort comprimé, lorsqu’on va enlever l’écrou central ! Soyez prudent, cette partie est dangereuse pour les doigts et les yeux…

 

 

On enlève l’écrou, on place le dernier disque lisse et le plateau de pression, et on remet l’écrou : l’embrayage est remonté !  N’oubliez pas de reposer la butée, et si votre joint papier est abîmé, j’ai expliqué dans un autre post comment en fabriquer un sans s’emm…nuyer !

 

Un mot sur la rondelle frein de l’écrou crénelé: Personnellement, je ne la remets pas. Elle est taillée dans un feuillard tellement tendre, qu’elle s’écrase, et paradoxalement, c’est elle, en battant, qui perd de l’épaisseur et desserre l’écrou… Alors qu’un écrou serré sur le plateau de pression, lui, ne bouge pas ! Pas non plus de frein filet, il faut pouvoir enlever l’écrou sans forcer sur ce filetage réputé fragile… Juste un serrage correct.

 

Remontage des carters, et autres… Il faudra re-régler l’embrayage : Pensez a dévisser complètement le tendeur de gaine au guidon, puisque au fur et à mesure de l’usure de l’embrayage, il faudra le visser pour rétablir la garde normale. Ne roulez jamais sans garde à l’embrayage, il grille très rapidement ! Lorsque tout est remonté, mettez en route, vérifiez les niveaux d’huile moteur et boite,  et faites quelques kilomètres pour essayer l’embrayage. Au retour, vidangez le moteur et le réservoir d’huile, et nettoyez les tamis filtrants : Toutes les particules de liège sont là ! C’est pour ça que je vous ai dit de ne pas vidanger le réservoir, plus haut ! Pas de panique pour la pompe à huile : les particules de liège qui peuvent arriver à passer au travers sont si malléables, qu’elles ne peuvent pas faire de dégâts. Des renseignements supplémentaires ? n’hésitez pas à me contacter sur le forum de www.terrot.org.

 

Bonnes balades…                                                               

                                       Mickie                                                          

                                                       

 

 

Images et textes: Mickie Dumonteil - Reproduction interdite sans l'accord de l'auteur.

 

Si vous aussi, vous souhaitez participer à la création de ces dossiers, n'hésitez pas a nous écrire.

 

Voltar          Retour          Back

 

 

 


Accueil | A propos de nous | Calendrier | Musée Virtuel TerroT | Les avant et après | Album Photos | Cartes postales/affiches TerroT | Forum TerroT & MD | Les Manifestations | Notices d'entretien | Catalogues | Documentation | Dossier Restauration | Liens Utiles | Contactez-Nous | Plan du site | Livre d'or TerroT

Site TERROT & MAGNAT-DEBON - Motos Anciennes - France

Conditions d'utilisation du site - © 2004 TerroT & Magnat-Debon Motos Anciennes - Tous droits réservés, la reproduction, même partielle, du matériel présenté sur ce site est interdite.
Pour toute question, problème ou "bug" concernant ce site Web, envoyez un courrier électronique à
MySiteOuaib.

Dernière mise à jour le : 15/05/16